En verité
Dire l'exil
En verité
Dire l'exil
previous arrow
next arrow

Chapitre 4 : Dire l'exil

Alors qu’ils arrivent en Europe, les survivants doivent faire face à une nouvelle souffrance : l’impossibilité de dire, mais aussi de faire entendre ce qu’ils ont vécu. Ce n’est pas de l’indifférence, pas du mépris, mais une forme de gêne – non, pas ici, pas maintenant, c’est trop, tu en fais trop. Une victime d’atrocités dérange. Pour ceux qui voudraient dire, c’est une muraille de Chine qui décourage toute prise de parole. Avec sa chanson, Bailo a décidé de reprendre les approximations, contre-vérités, euphémismes, auxquels sont confrontés chaque jour les exilés, pour mieux les dénoncer.

Cliquez ici pour découvrir la suite du chemin, écrit et chanté par les jeunes de Limbo.

 

EN VÉRITÉ
Texte Bailo, musique Mathias Duplessy

« La Libye, c’est un pays compliqué »
Attends je traduis : c’était l’horreur, en vérité
« En Libye, la vie était difficile »
Attends je traduis : personne n’en revient, en vérité

En vérité tu veux que je te dise,
Ces mots sont faits pour ne pas te choquer
En vérité tu veux que je te dise,
Mais veux-tu vraiment que je te dise ?

« Les trafiquants n’étaient pas très gentils »
Attends je traduis : ils nous battaient nous torturaient
« Les gardes-côtes libyens ont sauvés 100 migrants »
Attends je traduis : ils les ont revendus au plus offrant

En vérité tu veux que je te dise,
Ces mots sont faits pour ne pas te choquer
En vérité tu veux que je te dise,
Mais veux-tu vraiment que je te dise ?

« La plupart des migrants ont fui la misère »
Attends je traduis : ce sont tous des survivants
On n’est pas un migrant, quand on traverse l’enfer
Et moi je me refuse de n’être qu’un migrant